Une place à Amsterdam

Le froid nous réveille aux aurores après notre première nuit à bord de Pandorak, une nuit sans sommier ni matelas, avec la capote du roof en guise de duvet.

J’abandonne la barre au pilote auto. Au menu des trads du jour : 8 recettes de gâteaux au chocolat pour Ellen (Magazine Elle), une enquête sur les ramifications d’Al-Qaïda aux Pays-Bas (Rapport Universitaire) pour ma pomme. Ellen peut sourire…

réveil_Ellen
pont_levantDe l’autre côté du Hollandsch Diep, nous quittons la Zélande et faisons route au nord,
en direction de Dordrecht, et bifurquons juste avant Rotterdam en direction de Gouda.

Bruit de moteur derrière nous. Je me retourne mollement. Jézumarijozef ! L’Arche de Noé !

noé

J’avais lu le récit fou de ce hollandais, qui avait entrepris, seul, et pendant 2 années, la construction de la réplique la plus fidèle possible (?) de l’Arche, avec comme objectif de parcourir l’Europe à son bord.

La cathédrale de bois dépasse lentement Pandorak. Pour le coup, la passion de cet homme impose le respect. Pour la petite histoire, il cherche aujourd’hui à en construire une 2 à 3 fois plus grande, à l’échelle « réelle », capable de contenir toutes les espèces animales…
Quand la nuit tombe, nous avons atteint le Nieuwe Meer, un grand lac à la bordure sud d’Amsterdam.  L’endroit est magnifique. Nous sommes censé attendre 1h du matin, heure de « l’ouverture » de l’Autoroute A4 (imaginez : vous roulez la nuit sur la A1, direction Paris, et un tronçon de la route s’élève la nuit à la verticale pour laisser passer un petit voilier…) .

lac

A la vue de ce lac, nous changeons brusquement de plan : pourquoi ne pas laisser Pandorak ici ? Nous sommes à 20 minutes en vélo du centre-ville, le plan d’eau est parfait pour se roder et il est inutile de démâter !

doucheAu réveil, premier (et sans doute dernier, vu la température) plongeon dans le Nieuwe Meer.

La douche est chaude, puis froide : pas de place pour nous, il faut avoir la pipe et 45 ans d’ancienneté dans un « Club Nautique » très select pour trouver une place. Mais il nous reste, bien sûr, la bonne vieille tradition hollandaise de la LISTE D’ATTENTE DE 7 ANS. Ce pays est vraiment trop petit.

Après de longs pourparlers, nous finissons par convaincre le responsable de nous accorder une place temporaire,avec la promesse de déguerpir une fois l’hiver passé. Une authentique BALLOTAGE-KOMISSIE (Commission de ballotage, en hollandais dans le texte) viendra juger si l’esthétique de notre barque ne fait pas tâche dans le port (Je cours récurer la rouille sur le pont, heureusement Pandorak est un VAN DE STADT 100% origine contrôlée, avec sabot + moulin + hareng + gouda + XTC à bord) et si nos aptitudes mentales ne dépareilleront pas avec la moyenne des propriétaires de bateaux.

« Et en été, vous serez où?
– Euh (un temps)… loin, loin. »

Fab_bome

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *